Impact Investing

Définitions

« Impact Investing » : définit  une approche de l’investissement qui a comme premier objectif une réponse à un besoin social avec éventuellement un retour financier « modéré »,

Entrepreneuriat Social :  classifie les entrepreneurs qui développe un projet avec une mission sociale en mettant en œuvre des méthodes de gestion issues de l’économie classique,

« Venture Philanthropy » :  définit un processus de financement et d’accompagnement des projets financés issu des méthodologies des capitaux risqueurs avec une forte implication des  financeurs qui apportent leur expertise et savoir faire pour aider au développement des projets financés,

Investissement Solidaire : processus d’investissement  qui privilégie plus du 1/3 du portefeuille dans des entreprises « solidaires »  selon la définition française du code du travail, agrément délivré par la préfecture.

Clés de compréhension

La crise actuelle oblige l’ensemble des membres du secteur associatif et leur financeurs à repenser les logiques traditionnelles du financement considérant que les Etats auront de moins en moins de facilité pour accompagner les projets apportant une réponse sociale aux urgences de notre monde actuel, ce qui amène à rechercher auprès du secteur privé de nouvelles sources de financement.

Face à la multiplication des termes employés pour répondre à cette nouvelle logique de financement (investissement solidaire, investissement responsable, venture philanthropy…) et à la difficulté de comprendre de multiples terminologies peu claires pour beaucoup de fondations aux USA, la Fondation Rockfeller a proposé en 2009 dans une étude menée par le Monitor Institute d’utiliser la terminologie « Impact Investing »  pour qualifier les investissements réalisés dans des projets ayant comme objectif premier de répondre à un besoin social.

Suite à un rapport de la banque JP Morgan en 2010 identifiant un marché très large pour « l’Impact Investing »  (600 B US$), de nombreuses institutions financières ont alors lancé des produits « Impact Investing » en développant une offre financière « impact » et en élargissant la cible des projets financés à des projets durables pouvant avoir un impact.

Par exemple le financement d’énergies renouvelables, la création d’emplois, le développement de vacccins…

Mais cette accélération de ce marché émergent a amené beaucoup d’acteurs à s’interroger sur la terminologie utilisée, la banque Crédit Suisse et la Fondation Schwab publiant en 2012 une étude permettant de bien comprendre les termes utilisés :

Philanthropie 

Elle intervient pour financer par du don, des subventions des projets apportant une réponse sociale, certains d’entre eux pouvant être mis en œuvre en utilisant des outils et méthodes dérivés de l’entreprise classique ( entrepreneuriat social, venture philanthropie…)

L’approche classique des fondations s’enrichit de nouvelles méthodes pour répondre à certains besoins notamment pour répliquer des projets apportant une réelle réponse à des besoins.

Impact Investing 

Les investisseurs financent des entreprises ayant une mission sociale, mais en espérant un retour modéré compte tenu de l’objectif social du projet.

Cette approche peut se rapprocher en France de l’investissement solidaire qui finance aujourd’hui des entreprises agréées par la Préfecture car elles répondent à un cahier des charges précis ( 1/3 d’emplois en insertion, plafonnement des salaires les plus élevés, statut de coopérative…).

Investissement Durable

Les investisseurs cherchent un profit élevé tout en privilégiant des entreprises qui s’attachent à répondre à un problème social et/ou environnemental.

Cette approche intègre l’Investissement Socialement Responsable décrit par ailleurs dans une fiche spécifique.

 

Ces trois logiques sont bien évidemment complémentaires et répondent toutes à un besoin que ce soit du point de vue de la réponse sociale que du point de vue de l’investisseur.

Cette définition de « l’Impact  Investing » permet de mieux comprendre les stratégies d’investissement proposées par les intermédiaires financiers, l’investisseur pouvant alors privilégier dans son portefeuille les critères financiers et extra financiers qu’il attend de son apport financier ( don, prêt, apport en capital…).

Elle amène naturellement l’investisseur à s’interroger sur le rendement attendu, le risque associé et le retour social espéré fonction de la stratégie mise en œuvre.

Elle oblige les intermédiaires financiers à bien expliquer les objectifs de l’investissement proposé et à assurer un reporting extra financier clair et complet pour que l’investisseur comprenne le couple performance/ retour social de la stratégie mise en œuvre.

La France est aujourd’hui très « impact investing » l’ensemble des investissements solidaires réalisés en 2010 étant supérieurs à 600 M € ( même niveau que le UK) avec une très forte croissance due à la règlementation des FCPE d’entreprise qui oblige légalement à présenter un fonds solidaire aux salariés, celui-ci étant structuré 90/10 avec 10% maximum dans une entreprise solidaire ( au sens légal) ou dans un fonds ayant au moins 1/3 d’entreprises solidaires dans son portefeuille.

Paradoxalement le marché de l’investissement solidaire décolle par un très fort intérêt des salariés, certaines entreprises comme Schneider Electric, GDF SUEZ proposant même des fonds dédiés financant des entreprises proches de leur secteur d’activité.

Points de vigilance et recommandations

  • De nombreux investisseurs et intermédiaires financiers pensent qu’il est possible d’assurer une performance financière élevée tout en offrant une réponse à un besoin social (pas de « trade-off »).
    Ils considèrent par exemple qu’une société de biotechnologie développant un produit pour le traitement du diabète a un objectif social.
  • L’impact Investing privilégie comme investissement une société ayant une mission sociale, c'est-à-dire qui arbitre entre ses priorités d’abord en fonction de la réponse sociale et non en fonction de critères financiers.
    Une société de biotechnologie réalisant ses arbitrages entre projet pour des raisons financières ( bien sur non criticable) ne peut donc être considérée comme de l’Impact investing mais entre dans la catégorie Investissement Durable.
  • L’identification du profil d’investissement, des caractéristiques financières du produit, du type d’entreprises financées est nécessaire pour s’assurer de l’adéquation de l’investissement aux objectifs recherchés :

- La structuration d’un partage de la performance financière pour les gestionnaires d’actifs est un critère pour exclure du champ de « l’impact investing »,

- La durée d’investissement est nécessairement longue dans le cadre de « l’impact investing », les américains parlant de « patient capital ».

Bonnes pratiques

  • Investir une partie de sa dotation dans « l’impact investing » est un moyen de se mettre en conformité avec sa mission de fondation ou de fonds de dotation, car l’effet de levier lié à un tel investissement peut être très important.
  • L’accompagnement d’une équipe spécialisée dans la mise en œuvre d’une stratégie « venture philanthropy » pour  assurer à l’investisseur la mise en œuvre d’une vraie politique de développement au sein des projets financés  est important pour que les actifs de la Fondation/ du fonds de dotation soient alloués aux projets ayant les objectifs sociaux les plus pertinents.
  • Un travail de conviction auprès des membres du Conseil d’Administration et du Comité Financier est une nécessité pour les amener à bien comprendre les objectifs d’une gestion « impact investing » en ligne avec la mission de la Fondation.

Pour aller plus loin

- L’étude Rockfeller/ Monitor Institute sur l’Impact Investing (lien)  

- L’étude JP Morgan sur l’Impact Investing (lien

- L’étude CS Schwab sur l’Impact Investing (lien)  

- Le barometre Finansol de la finance solidaire (lien

 

Partenaires de la gestion patrimoniale

Tous les partenaires

 

       

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptes a vos centres d'interet. En savoir plus et gerer ces parametres. Explications